Whirling Dervishes of Rumi

15 Dec

Another stunning, jaw dropping, enchanting experience this week end…

A scene the adepts of “Baraka” will definitely recognise.

To pay tribute to Rumi we dived into to world of the Dervishes.
Here again, there is no word, as the grace, the respect, the meditative atmosphere we felt are beyond explanations…
-Fab-

The writings, ecstasy and spirit of Rumi have deeply marked my soul in this life. Experiencing the whirling dervishes was to me more powerful than any other spiritual rituals I’ve attended before. I am grateful to be in this part of the world today, to celebrate a glimpse of Mevlana Jalaluddin Rumi’s energy and commemorate the 740th anniversary of his passing…

~As~

Dying to Love, by Jalaluddin Rumi

Die! Die!
Die in this love!
If you die in this love
your soul will be renewed.

Die! Die!
Don’t fear the death of that which is known
If you die to the temporal
you will become timeless.

Die! Die!
Cut off those chains
that hold you prisoner
to the world of attachment.

Die! Die!
Die to the deathless
and you will be eternal.

Die! Die!
and come out of this cloud
When you leave the cloud
you will be the effulgent moon.

Die! Die!
Die to the din and the noise
of mundane concerns
In the silence of love
you will find the spark of life.

dervish

dervish2

Dervish3

dervish4

Dervish5

Rumi ~ A Gift of Love, by Deepak Chopra and friends.

Hagia Sophia – a quick visit

14 Dec

A quick visit to Hagia Sophia, la Basilique Sainte Sophie, now that the touristic crowd is receeding…

No comments on this “mastondonte”…

A stunning jump through 1500 years of history…
Will definitely need a few other visits…

The famous Dome:
the famous dome

The famous Deesis Mosaic:
Deesis

Mix of faiths…:
melange des genres

Gallery:
Gallerie

The Main lodge:
main lodge

Virgin Mary next to Allah:
Virgin Mary and Allah

Empress Zoé:
Zoe

çıkış: Mosaic reflection and West door
west entrance

Mausoleums:
mausoleums

Snow in Istanbul

14 Dec

The pictures speak for themselves…

Having spent the last 3 weeks in the stinking hot summer of the Mascareignes, I let you imagine the temperature shock…

Let it snow, let it snow, let it snow…

😉

Our street:

First Time!

 

Sultanahmet:

Image


First Time


Image


Image

Hagia Sophia:


Image

 

Et là.. une petite fleur:


Image

Disgusting Oppression

5 Nov

Remember remember remember…

It is today the 5th of November…
And we headed to central Istanbul to put on our masks and join the global protest.

For those not aware of it, the 5th of November has become the day for protests against corruption and tyranny, the symbol is the Guy Fawkes mask, as in the movie “V for Vendetta”.

Hundreds of peaceful protests are going on today on the planet, and we’re very ready to take part in what we believe in a proper protest, what we’ve been dreaming of during our long years in Mauritius…

We head down to Taksim towards the meeting point.
We don’t even have time to put on our mask nor even to take a picture, what we find is unbelievable.
There are about twenty people wearing the famous “Anonymous” masks, standing there, surrounded by the same amount of photographs and cameramen from the medias.
Up the road, a hundred of heavily armed riot police officers are getting into gear, putting on their helmet and their Robocop outfit, holding plastic shields, the finger ready on the gaz canister guns…
Down the road, about fifty of those Dark Vadors block the road.
And water canon trucks and everything…

BYU5Nc0CcAANLp4.jpg-large

So as soon as we arrive, we are surrounded.
I start to laugh first, the situation being so ridiculous, hundreds of “soldiers” getting ready for 20 poor guys showing the peace sign…
And the police start to close up on us, slowly, with dozens of police in civilian clothes runnning around to coordinate the action.
As obvious “Yabangees”, Astrid and I are ejected from the circle, the wall of shields open, we are pushed on the “safe” side and summoned to go away, go around, do some shopping as the normal foreigners do!
We just got expelled from the “protest”.

The remaining 18 very dangerous protesters, and their escort of journalists are being pushed down a side narrow street and in 5 minutes, everything is back to normal on the main avenue.

All that in 15 minutes.

We can’t believe our eyes, that’s how they deal with 20 people sitting up there with a mask.
We go down the road to wander about and ask around “What the ** was that ?” A journalist told us “yep, that’s how they treat any peaceful protest, this is not democracy!”.

Well, having come all the way to be part of it, I can’t just leave my mask in my bag.
But the legions of warriors are everywhere and the situation is still tensed.
I put it out, attach it to my back pack and walk back.

I don’t walk 15 meters.. I am grabbed by a few Police in civilians, shouting at me…
They quickly understand I’m a Yabangee, a foreigner.
They pushed me down the road “go go!”. I really think they gonna arrest me just for having a mask out there…
“Ok guys, I put it back in my backpack okay?…”
A Foreigner followed the action and dropped “You’re not allowed to have a mask these days aye?”

No you’re not allowed to have a mask.
Not allowed to show a symbol of rebellion.
Not allowed to be against the corruption.

We gave them the power to control us, the money and the tools to monitor us, we gave them handcuffs to arrest us.

If you are still allowed to think, you can’t express yourself.
Forget revolution, protests, “manifs”…
It will not change anything.

forget the revolution

Something has gone very very wrong with this society.

Let’s get out of here.

Natural Building Workshop dans les Montagnes Taurus – Antalya – 2

30 Oct

Une heure de bus + une heure de 4×4 plus tard, me voila à 1000 mètres d’altitude, au beau milieu de ces fameuses montagnes Taurus et je n’arrive pas a remonter ma mâchoire inférieure devant tant de beauté.
Les montagnes en face sont enneigées suite à la tempête de la semaine précédente, un lac dessine le fond de la vallée, en amont une forêt d’énormes pins, sur place une vielle batisse croulante, une yourte, des vignes, des grenadiers croulants sous le poids de centaines de fruits gros comme des boules de pétanques.
Je suis forcément accueilli à bras ouverts par nos hotes Hakan (Turc) et sa femme Sophie (Belge).

Hakan Sophie

Quand l’Univers a décidé de s’y mettre… Dans le magazine à bord de l’avion, j’ai lu ce magnifique article sur ce Turc, pilote de parapente et paramoteur, prenant des photos surprenantes de son pays… Le voila devant moi, me montrant tous les spots possibles de ces montagnes.. Hakan, le propriétaire.. Ok Univers, ok, I got it…

Je rencontre la troupe des “builders”, la prof Paulina d’origine Polonaise et Anthony que j’avait croisé en ville, Su l’experte en poterie- céramique, Eric l’Allemand, Jen l’Anglaise, Hakan junior l’apprenti charpentier, Fatih notre cuistot pour la semaine, Quais du Koweit/Liban… Une joyeuse bande en perspective.
Je plante ma tente en attendant le début des travaux…

Voila la vue des toilettes…:
vue des toilettes

Le workshop consiste à apprendre comment monter une maison en “straw bale”, en botte de paille, recouverte d’un enduit d’argile.
Les fondations en pierre sèches ont été posées, c’est la région du marbre et les rejets des carrières de marbre sont jetés, donc voila des fondations en marbre..
La magnifique toiture “reciprocal roof” a déjà été montée par les apprentis charpentiers…

reciprocal roof

La semaine qui suivit a été pleine en découverte, en rigolades, en travail karmique tout ça dans un air pur et dans un cadre enchanteur.

La maison le premier jour:
maison le premier jour

Construction des murs en bottes de paille:

putting the straw bales

Le dernier jour, la maison “finie”, il reste encore pas mal de choses à faire mais elle peut passer l’hiver tranquillement:
la maison dernier jour

Su et sa petite fenêtre:
Sue et sa petite fenetre

Tests de “plaster”:
tests de crepis avec differentes terres

En prenant une journée de repos, nous allons voir Kremna, ancienne citée fortifiée byzantine, détruite par un tremblement de terre… Impressionnant.
ruines de lepoque byzantine

Les chevaux sont arrivés le lendemain de notre départ.
Dommage que nous ayons raté ça, j’aurais bien aimé les voir dans leur refuge pour l’hiver, en espérant qu’il ne s’attaque pas à cette énorme sucette de paille…
cheveaux

Superbe moment.

Je reviens à Istanbul les ongles plein de terres, la tête pleine de rêves et de possibilités, et un peu d’expérience pour sculpter une petite case à Maurice…
Ca tente quelqu’un?

Natural Building Workshop dans les Montagnes Taurus – Antalya – 1

19 Oct

Ça fait un moment que je me renseigne et que j’apprécie les techniques de construction dites “naturelles”.
Effectivement l’idée de vivre dans une maison intégrée dans la nature qui l’entoure me parait complètement logique.
De plus, je me vois totalement construire, ou plutot sculpter, une maison moi même, avec les matériaux trouvés localement.
Le béton ne m’attire pas et me parait sans ame.

Comme d’habitude, il suffit que je me passionne pour quelque chose pour que l’Univers me fournisse ce qu’il me faut.
Et cette fois-ci, l’Univers m’a dégoté un workshop d’une semaine sur la construction d’une maison en paille / argile dans le sud de la Turquie, dans les montagnes Taurus. Merci Univers, fallait pas insister tant et y mettre mon signe du Zodiac, c’est bon j’avais compris qu’il fallait que j’y aille..

Antalya.

C’est l’histoire d’un petit port, sur la Méditerranée, qui fait un peu penser à St Tropez par ses petites rues pentues.
Grecs, Byzantins, Chypriotes, Romains, Ottomans, tout le monde aimait bien se retrouver à dans ce charmant petit village entourées de superbes montagnes, à faire la fête le long des vieux remparts rouges, se confondant avec la roche de la falaise. Beaucoup d’histoire, de ruines, de conquêtes et d’histoires dignes des livres du secondaires, les ancêtres les Gaulois, Alexandre le Grand, César et toute la joyeuse bande s’abreuvant de cervoise à même le pichet…

C’est aussi un lieu hautement touristique pour les Européens au climat moins ensoleillé, les hotels et autres resorts on remplacés les garnisons et ce sont aujourd’hui des légions d’Allemands, Hollandais, Français et Anglais qui envahissent désormais ce coin de Méditerranée.

Antalya et montagnes

Une heure d’avion, un taxi, et je choisi un petit hôtel au pif pour passer le week end dans la vieille ville, avant d’aller rejoindre mon workshop dans les montagnes. Un Anglais est en train de “check out” au comptoir de l’hotel. J’attends. Le tenancier lui demande ses projets, et il raconte qu’il va dans la montagne, dans ce bled perdu, pour construire une maison en paille.. Ah Univers, tu m’en sors des bonnes des fois! De tous les hotels du coin, je tombe sur un des organisateurs du workshop…
Morts de rire, nous allons déjeuner ensemble.

Je passe le week end à trainer dans ce musée vivant qu’est ce vieux port méditerranéen, plus connu maintenant pour ses hotels 5 étoiles et son soleil perpétuel.
Les ruines sont partout, un minaret décapité de plus de 800 ans tient encore debout.

ols mosque Antalya

Les bateaux, genre de boutres, promènent bruyamment les touristes locaux ou étrangers à grands renfort d’effigie de pirates à la Jack Sparrow et de haut parleurs.

port Antalya

Les vignes, les oliviers, les pins, des filaos (!)… la Méditerranée.

Escapade dans les Iles des Princes

13 Oct

Après avoir passé des semaines à bosser soirs et week ends, nous avons besoin d’un bol d’air, ne serait-ce que pour une journée..
Les copains Alev et Can sont aussi en vacances pour cause de Eid, on leur propose de prendre le ferry, direction les “Prens Adalari” ou Princes Islands dans la mer de Marmara, à une heure de ferry du centre ville d’Istanbul.
Les derniers membres de la dynastie des Sultans ont été exilés sur ces iles lors de la chute de l’empire Ottoman. Trostky y aurait aussi trouvé terre d’asile, ainsi que les Orthodoxes Grecs et autres Catholiques romains, bref, un lieu chargé d’histoire, comme partout ailleurs dans ce pays carrefour.

C’est la semaine de l’Eid donc les visiteurs sont nombreux à bord du ferry typique qui nous trimbale d’abord sur le coté asiatique puis sur chacune des iles pour enfin nous débarquer sur la grande ile de Buyukada.

ferry

A bord, le passe-temps favori est d’envoyer des morceaux de “Simit” (pain au sésame) aux mouettes qui viennent gober leur pitance en passant en rase motte à portée de main des passagers. Elles arrivent la plupart du temps a gober le morceau d’un coup de bec sec sans sourciller. Si le bout de pain tombe à l’eau, c’est la curée entre les mouettes qui ferment le cortège..

Doucement la mer perd de son opacité grisatre et commence même à prendre un ton turquoise.

La première surprise notable en foulant le quai et en pénétrant dans le petit village est… l’absence de véhicules.. Pas de moteur sur l’ile. Juste une entêtante odeur de crottin de cheval qui présage une tranquillité imperturbable..
Ne serait-ce la foule de “touristes” de la ville qui se presse devant les nombreux restos spécialité fruits de mer et autres marchands de glace.

En attendant les amis qui ont pris le ferry suivants, on se balade dans le village.
On dirait que l’invasion du béton a été ralentie ici, probablement grâce à l’éloignement et peut-etre aussi pour garder un certain cachet.
Dans certains quartier, on dirait que le temps s’est arreté, les vieilles maisons en bois perdent tranquillement leur peinture et prennent un aspect rugeux, en attendant la prochaine rénovation, peut-être cette année, peut être l’année prochaine.

les vieilles maisons

Une femme a sortie son tabouret et fait sa couture sur le trottoir, accompagné de l’éternel chat du quartier.
couturier de rue
Une calèche passe.
Des touristes sont plantés au milieu du chemin, prenant des photos ou traînant sans but précis (comme nous).

automne

C’est bon de respirer un air qui parait plus léger et d’entendre les sabots des chevaux au trot.
Pourtant le monstre est en face de nous, à quelques miles à peine, étendant ses tentacules de béton et de buildings à perte de vue des deux cotés.
L’étendue de la mégapole est impressionnante vue du large.

istanbul au loin

Après un plateau fruit de mer avec les amis, nous prenons une calèche, traversons les collines de l’ile à travers pinèdes et allées bordées de grosses villas secondaires. La maison de Trotsky est l’une d’elle.

En route en caleche
iles et pinedes

Il commence à se faire frais, nous sautons dans un ferry pour apprécier le coucher de soleil sur le retour avec le fameux Cay (thé) turc.

coucher de soleil

Alain Ramanisum…

7 Sep

En train de faire quelque shopping sur Istiklal Avenue, en pleine frénésie des “Indirim” (soldes), dans un magasin branché à profiter pour nous équiper d’un jean ou deux, magasin branché avec la musique à fond, et là… “So lécor devan, so lécor derrière, li tourné li tourné…” à fond dans le magasin…

Astrid me regarde avec un énorme sourire

“Wow! incroyable!”

Moi: “Quoi ?”

Elle: “La musique!”

Moi: “C’est Alain Ramanisum et alors?….. Holly Sh**!!!”

Et nous voila en train de danser le “So lécor devan, so lécor derrière, li tourné li tourné…Li met so la main la ooOOOOOOooooo” avec toutes les mimiques au milieu du magasin rempli de quelques millions de Stambouliottes aux yeux exorbités et à la machoire qui touche par terre.

Random !!

Si Alain savait ça…

😉

Serdivan Paragliding Festival

25 Aug

Serdivan Paragliding Festival

Comme d’habitude, en arrivant en terre inconnue, je recherche et contacte sur le Web les clubs et pilotes de parapente locaux. En effet, les conseils des locaux sont toujours bienvenus et c’est toujours plus amusant d’aller voler à plusieurs (et plus safe aussi..).
Me voilà envoyant des emails à tout va, à la recherche de « flying buddies ». Forcément, connaissant maintenant la gentillesse et la générosité du peuple Turc, je reçois mille et une invitations, dont une pour un festival happening this week end à Serdivan, à deux heures environ à l’est. Great !
Les membres du club se mettent en mille pour nous accueillir, organisant un « séké » depuis Istanbul, logement etc…
Etonnamment Astrid décide de me suivre dans cette aventure improbable, « pour découvrir »…
Le gentil Ahmet passe donc nous prendre samedi matin à 8 heures et nous sommes partis pour 2 heures de route à discuter avec une Astrid ronflant sur le siège arrière.

Serdivan.
IMG_0679
Un gros bled dans la pampa turque. Le spot de parapente est une colline poussiéreuse, aride, en plein soleil, à 200 mètres d’altitude – donc pas très haute – et pas un souffle…
De grosses tentes ont été montées, la tribune officielle avec fauteuils et chaises etc… la sono balance du Daftpunk et la dance du moment, locale et internationale, à fond la caisse… typique d’un « paragliding festival » de bled, comme j’en ai vu au Népal et en Inde…
La compétition de « accuracy landing » ou précision d’atterrissage, est lancée et c’est à qui atterri le plus près du centre du grand cercle tracé dans le champ en contrebas..

Nous sommes bien entendu accueillis à bras ouverts.
Mohammed l’organisateur semble ravi de compter une nouvelle nationalité sur sa liste d’inscrits.
Bob l’Américain qui m’a contacté est ravi de voir un nouvel arrivant dans le club ! Ah bon ? Well…
On se fait prendre dans les bras par un grand Iranien qui n’a pas besoin de parler pour nous faire comprendre qu’il est ravi de nous rencontrer. Il ne communique que par gestes, offrant du melon ici, un coup de main là bas, donnant son avis avec une grimace ou un grand sourire. Conclusion, la langue n’est décidément une barrière que si nous voulons qu’elle le soit.

IMG_0725

Je retrouve les Kazakhs et Kyrghyzes que j’avais déjà croisé en Inde.
Et des dizaines de jeunes « volontaires » venus de toute la Turquie pour cet évènement inhabituel… Ils viennent tous nous serrer la main et nous souhaiter la bienvenue. Ca galope dans tous les sens, ça danse et ça rigole. Top. Heureusement qu’on nous prête de la crème solaire parce qu’il n’y a pas beaucoup d’ombre sur cette colline pelée.

IMG_0777

Je me demande tout de suite ce qu’Astrid va bien pouvoir trouver à faire mais elle est tout de suite abordée par tout le monde, grandes discussions etc… « Even too much » me dit-elle à la fin…

Allez premier vol en Turquie ! 3 minutes… Il y a pas un souffle, c’est bien pour faire plaisir dans cette compétition d’atterrissage… Raté ! Il y a pas un brin d’air sur le terrain d’atterrissage et on suffoque par 8000 degrés. Je remonte, entassé dans le van entre Bob, l’Iranien et le plus vieux parapentiste de Turquie, 76 ans s’il vous plait !

Au sommet, il y a déjà trop de vent pour décoller… Pardon ? Et oui, le thermique s’est levé subitement et on passe les 4 prochaines heures à attendre que le vent retombe…
Le DJ balance alors de la musique locale « de mariage » et tout le monde se met à danser sur le take-off, main dans la main, genre danse Charleston à la sauce greque pour les maigres références que nous avons en matière de danse turque… C’est un paradancing festival ! Les étrangers tentent tant bien que mal de suivre et je me fais traiter de « you dance like an Iranian », ce qui n’est apparemment pas un compliment… Des progrès à faire en danse turque.
Paradancing !

Vers 17 – 18h le soleil est encore bien haut, le vent tombe et devient bien laminaire, constant, ce qui est parfait pour voler en rase motte en passant près du décollage…
Les appareils photos crépitent quand je passe à quelques mètres au-dessus des têtes, je tape dans la main d’un jeune qui est ravi, je plonge au-dessus de la foule en liesse (j’exagère à peine…) qui est montée du village pour assister à l’évènement.
Je pourrais passer plus près et faire mon mariole pour amuser la galerie mais quelques petits accidents sont survenus, mineurs, mais je voyais les filles simuler des syncopes, les pompiers arriver à grands coups de sirène… pour un petit pansement au genou… Bref, trop d’émotions déjà pour Mohammed l’organisateur…

IMG_0795

Le soleil se couche et tout ce beau monde se dirige vers « l’hotel ». On découvre qu’il s’agit d’une pension avec cantine et les lits à étages. C’est marrant et c’est propre.

Il est 20 heures, diner à la cantine, et on se fait conseiller un shop ou on peut aller si, éventuellement, on voudrait boire autre chose que du jus de fruit…
Effectivement, dans la petite cour à l’arrière, alleeeeez, ça y va à la bière, à la vodka (normal, avec les gars du Kazakhstan, Kyrghystan…). Comme à Bolu, on réalise que l’alcool est souvent présent, mais toujours dans l’arrière cour.

Nous passons notre soirée à rencontrer ces gens admirables, ces jeunes Turcs, timides de parler anglais.
Bob, toujours aussi fier de m’avoir dans le club, bon…
Martin et son frère Neil, deux British atterri là Dieu seul sait comment et pourquoi, la jeune fille au pansement avec, à son bras, le pilote tête brulée qui l’a bousculée, Sergei le Kazakh qui nous raconte les montagnes de son pays, bref un amalgame d’univers… Random !

Dimanche, nous nous levons tard, tellement tard que tout le monde est parti, Ahmet nous prête sa voiture pour qu’on puisse monter au take off. On se perd forcément, enfin ! 😉
La haut c’est même histoire, avec encore plus de visiteurs vu que c’est dimanche.
Ceux qui ont les dents longues et qui prenne la compet au sérieux enchainent les tentatives pour accumuler des points, et nous on discute…

Je fais une tentative et je finis enfin dans le cercle ! Ouf l’honneur est sauf, lol.
Pour découvrir que le champ d’à côté est un champ de noisettes ! Je n’ai jamais vu de noisetier ni ramasser mes propres noisettes. Les noix sont accrochées dans une sorte de fleur, c’est amusant.
Parenthèse : je n’ai jamais mangé autant de noix de ma vie : pistaches vertes, cacahuètes, noisettes, noix, macadamia, noix de pecan, amandes… Elles sont partout, dans tous les plats. Il y a des boutiques dédiées aux noix, elles sont toutes là, chacune dans son énorme bac, ça donne le tournis (sachant qu’à Maurice elles sont très cher et presque introuvable) !

Je discute politique avec Ismail sur la montée. Arrivés en haut, il me dit au revoir, il doit rentrer à Istanbul.
J’en parle à Astrid qui finit par prendre place avec lui pour rentrer. Elle a eu droit à un super déjeuner de Kofte dans un resto local sur le chemin du retour. Un peu soulée par l’éloquence de l’ami Ismail qui, généreux comme un Turc (je crois que je vais lancer l’expression), la dépose bien entendu devant la porte de notre maison…

De mon côté je m’amuse à voler toute l’aprem en décollant juste avant que le vent ne soit trop fort.
En montant un peu, on voit le scintillement du soleil sur un grand lac à l’arrière, une mosaïque de champs de toutes les teintes de vert devant, c’est vert, légèrement montagneux, je pourrais être dans n’importe quel pays, s’il n’y avait pas la musique turque, à fond, qui monte depuis le take off…

IMG_0741

Ça chauffe tellement que c’est difficile de descendre.
Je mets du temps avant de pouvoir enfin atterrir, mort de faim. Ahmet décide de rentrer.
Hoschakal (bye bye) tout le monde et mille mercis pour l’accueil.

Je tape mon pseudo facebook sur d’innombrables IPhone qu’on me présente, tout le monde veut garder contact. On me serre dans des bras d’une amicalité franche, on m’embrasse, on me dit « keep in touch ». Wow, je ne sais comment les remercier tous…

Mohammed est déçu de ne pas avoir eu le temps d’offrir un vol en tandem à Astrid.
Je lui explique qu’elle est plus « spectatrice contemplatrice » qu’actrice, en ne mentionnant pas qu’on ne faisait aucune confiance au pilote tête-brulée qui faisait les fameux tandems… J’entendais les passagers crier à des kilomètres…

Comme dit Astrid, ils sont vrais, il n’y pas de « hidden agenda », que de la gentillesse et de la générosité sans bornes.
Ils se mettent en quatre, et même en cinq, pour rendre service ou faire plaisir, ce qui devient parfois presque gênant…

Je parle politique avec Ahmet sur le retour, surtout des faits qui ont secoué le pays depuis juin, de la situation qui s’est calmée mais reste tendue.
Je fais le parallèle avec notre dictateur mauricien, et nous réalisons que nous nous battons tous pour un même combat : transparence, justice, liberté…
Certains points sont étonnamment similaires, et j’admire ce peuple qui a eu le courage de s’exprimer, malgré toutes les contraintes.

Nous passons le pont au-dessus du Bosphore en faisant face au soleil couchant qui dessine les buildings de la ville en ombres chinoises. Et j’ai, pour la première fois ici, cette impression si familière, mais toujours surprenant en terre étrangère, de « rentrer à la maison ».

Love
Fabrice

IMG_0794

“There is Istanbul. And there is Turkey.” (Bolu Part 2)

19 Aug
We opt for an outdoors restaurant with a modern squirting-fountain right smack-bang in the middle, and furnished with mostly garden furniture (garden swings et al).
We create a little bit of stress and anxiety as we arrive – remember, nobody speaks English. The waiter who welcomed us in the first place is joined by 2, 3, 4 other waiters… They are fidgety and it looks like that they are looking for someone. The more we talk to them in ‘yabanjee’ Turkish, the more anxious and restless they become… The ‘someone’ they were looking for finally arrives: we are welcomed by this young Iraqi with the most beautiful smile. His eyes are filled and lit with kindness, and the most poignant simplicity. Suleyman. He is the only one around who can speak English (Turkey is packed with refugees – so far we’ve come across Kurdish, Iranian and Iraqi people – most of them more able to speak English then the Turks, more attuned to their survival instincts I guess. Also, please note that we’ve recently come to know that until 10 months ago, there was no ministry of education in Turkey).
Suleyman looks after us so well, it’s not even funny. But we are not feeling comfortable at all… What in the world are we doing here? Randoooooom!!!! Two days in Bolu? What for? No way!!! Let’s go back to the city tomorrow… But first, we need to find a place to sleep…

Oh boy!!!! Nepal and India come rushing back into my mind. My favourite sentences when traveling over there were: “Clean room with clean bathroom ‘milega’ (please)? Clean sheets? Laundry?”. Yes, I don’t mind backpacking and all, but when it comes to a place of rest from the mayhem, chaos, and filth (even though Turkey is not like that)… I give myself the permission to be as picky as the circumstances allow me to be. A clean room with clean sheets, a clean bathroom and the possibility of doing some laundry is sacred to me (NB: The irony is that you’ll never know how clean your bedrooms/sheets/bathrooms are, and in what kind of water your laundry will be done… But you kind of program yourself to ‘edit’ that part and leave it out just to keep the mind at peace. So you ask the questions).
We pick out the Kasmir Otel. Three stars, looks great from outside (but then again, so did the places in India), the reception and ‘salonu’ (sitting room) areas look great (but then again, so did most of the places in India)… It’s the bedroom and bathroom I’m worried about. And here I go again, but this time in ‘yabanjee’ Turkish: ” A room ‘lutfen’ (please)? With ‘banyo’? Clean room, clean ‘banyo’? Is the door of the ‘otel’ always open? Do you close it at 23h00 (They did that in Nepal and in some areas in India too – If you don’t get there on time, you may as well sleep outside)? etc”. The receptionist looks at me puzzled, and it was almost clearly written all over his face: ” Why the hell is this woman making such a flippin’ fixation on cleanliness????!? You are a weird neurotic ‘bayan’ (woman)!!!!”. To this baffled look, I hurry to explain that we traveled to India and Nepal, and that this is how things tend to happen over there. He relaxes… He laughs… I am relieved. Laughter, laughter, laughter… 🙂
He gives us a nice rate for the night, and takes us to our ‘chambers’.  Fiewwwww!!!!!! Sheer luxury I tell you!!!!! A three stars ‘otel’ room like that is to me the equivalent of a presidential suite I tell you!!!! Crisp white cotton sheets and towels, old but spick and span bathroom… room service and MINIBAR WITH BEER… with a great view over the town square to boot… I like this place!!! 😀

Once in the room, we come across a brochure of Bolu that allows us to discover that there are in fact lots of things to see around the Bolu Province. We look at each other and smile… We decide to stay for 2 days anyway, rent a car, and explore. And from now on until we leave, I shall be wearing ‘pantalon’ only. And Baf too.

The Kasmir Otel, Bolu...
The Kasmir Otel, Bolu…

The view over the square from our 3 stars 'otel', aka presidential suite...
The view over the square from our 3 stars ‘otel’ room, aka our ‘presidential suite’…

The next day we head for Seben in our very noisy rented car (The scenery, landscape and relief of the Turkish country… Beautiful! Apple trees bearing fruits everywhere!!! And wherever you are in nature, you will very likely not miss out on the call for prayer from some nearby mosque… They are everywhere, literally… Like churches, kalimai and temples in other places around the world).
In Seben you can visit the homes of once upon-a-time Christian cave-dwellers on the outskirts of the little village (Wow!!! We couldn’t hike all the way up as we were not prepared for it, but we’ll be back!!!!).
We are hungry (again – it’s lunch time), and we head back to the village to look for something to eat. It is Sunday. The village is empty. Most businesses are closed, and those that are open do not intuitively feel very ‘right’. We decide to buy some coke and peanuts, and head towards Abant where we will have lunch by the lake. But Baf meets one of those awesome little ‘guides’ again (This one speaks great English! Surprising but true… You have to end up in the middle of nowhere to find one of those), and he hurries us to the local ‘dining room’, where we can feast on set menus. Mmmmmm… Another tricky thing about traveling and being invited to the tables of the locals, and ‘tasting’ their local recipes: You never know what you’re going to end up with on your plate. 

We are welcomed with the most opened arms and warmest warmth. I understand that there is ‘domates’ soup (tomato), ‘salata’ (salad), and all sorts of meat in various shapes and forms for lunch. While we sip on our lukewarm soup, I notice that the owner of this local ‘dining room’ is busy preparing the meat in an old clay oven… which is obviously not very efficient… because he is also using a hairdryer to ‘help’ the meat to cook. Mmmmmm… Baf and I decide that we are ‘cok’ (very) happy with our soups, ‘salata’ and ‘ekmek’ (bread), and do not wish to wander any further than this particular culinary point. We try to show that we are full, and that we have eaten enough… Not to offend our hosts. And before leaving the village, we go back to our ‘guide’ to thank him, but he invites us to have some ‘cay’.
He is playing Rummikube and has very little intention of leaving his game, but we understand that we need to choose a bench in the garden of the ‘cay salonu’ and order tea on his tab.
The garden is full of benches under tall and majestic trees… Mostly occupied by men talking and drinking ‘cay’. So this is what a typical Sunday looks like or is like in Seben.
We drink our ‘cay’, we thank our host, and we drive off into the sunset… No. Not quite sunset yet. We drive off to Abant…

The  cave-dwellers homes hundreds of years ago...
The cave-dwellers’ homes hundreds of years ago…

18082013168

The brochure sure does make Abant look beautiful… And it is indeed. Overcrowded with picnics, cars (traffic and parkings at times very much resembling Mauritius or India), weddings, carriages pulled by horses and heavily decorated with plastic flowers… It’s Sunday but it’s still a lovely place! It’s green, green, green all around and the lake is beautiful.
We have our lunch – part 2 in a local restaurant by the lake (pretty standard, with its fair share of folklore)… It’s 19h30 and the day is slowly fading… We decide to head back to the ‘otel’ to avoid getting lost in the province at night.

18082013169
The lake in Abant…

18082013170
Our super ride for the day… It looks slick, but it actually sounded like it was in a pretty bad shape.

18082013171

Back in Bolu, we have a light supper in a local joint… We watch some Turkish TV whilst sipping on a beer (Game shows, Flubber and Harry Potter have never been so mesmerising)… We fall asleep in our cozy little ‘otel’ room… Baf is a bit disappointed because we didn’t get lost (He says it forms integral part of an adventure) but what a ‘cok guzel gun’ (awesome/very beautiful day) we’ve had anyway!!!! 

So far, one of the most poignant souvenir or blueprint that Baf and I have of Turkey (and Istanbul) is: Its people. When I see pictures of Turkish people protesting peacefully, picking up rubbish, helping each other and attending to animals during the riots… It is undeniably true (Simon says so too – he’s been here for almost 2 years now). And it has nothing to do with religion (which is a legacy of the previous empire, like Christianity has been for many other civilisations), but everything to do with their humanity. They value respect, kindness, helpfulness, civility, compassion, sharing, generosity to name but a few… They think for themselves, and do what feels true and right for them. Unconditionally. 

 
Amen.
 
Much much love!!!
 
Astrid

 

18082013173